Coordination des syndicats CGT d'IBM France

Liberté, Égalité, Fraternité … Certes !
Mais leur idéologie libérale est en contradiction avec nos valeurs d'Égalité et de Fraternité

Faire apparaître la barre de navigation verticale gauche

Dernière mise à jour : 6 août 2017 à 08:38:11

RETOURX

Contrat collectif à adhésion obligatoire des salariés :
Choisir entre les profits des assureurs et les garanties des adhérents

La santé n'est pas une marchandise :
Elle est une chose trop sérieuse pour être confiée aux marchés

Sommaire
Inroduction : Ah Dieu ! que les valeurs du mutualisme étaient attrayantes, avant la dérégulation [1] !
Chapitre 1 1999 : IBM US abandonne la politique paternaliste de papa Watson
Chapitre 2 2002 : IBM France lance un “benchmark” Hewitt résolument anti-mutualiste
Chapitre 3 2014 : IBM France annonce le contrôle de fait de la DRH par AON-Hewitt
Chapitre 4 2015 : IBM Services Center (ISC) signe avec la mutuelle un CCO dont AON-Gestion assure l'administration
Chapitre 5 2016-03 : IBM France dénonce l'accord d'entreprise sur la complémentaire-santé
Chapitre 6 2016-04 : IBM France entame la négociation sur l'accord de remplacement relatif au CCO
Chapitre 7 2016-05 : IBM France annonce la suspension de la participation de ses représentants membres honoraires dans les instances de la mutuelle
Chapitre 8 2016-05 : IBM France, sans respect de la négociation ouverte sur la complémentaire santé, lance un appel d'offres pour une complémentaire santé
Chapitre 9 2016-06 : IBM France informe la mutuelle qu'elle a jusqu'au 20 juin pour déposer son offre

[1] Le titre de cette introduction est un arrangement de trois citations :

  • « Que la République était belle sous l'Empire ! ». L'auteur est Alphonse Aulard. Né en 1849, agrégé, historien, spécialiste de la Révolution Française, il avait fait cette remarque à un journaliste en 1885.
  • « Ah, Dieu ! Que la guerre est jolie ! » est un vers d'un poême de Guillaume Apollinaire, pendant un long passage en convalescence dans un hôpital militaire à la fin de la guerre de 1914-1918, à la suite de sa blessure par un éclat d'obus reçu dans la tête. Il meurt deux jours avant l'armistice, mais de la grippe espagnole. Ce vers inspira une pièce radiophonique anglaise, puis une comédie musicale et enfin un film. Une adaptation française de la comédie musicale par Pierre Debauche fut présentée à Paris en 1966 avec beaucoup de succès, notamment chez les étudiants, après la fin de la guerre d'Algérie et pendant la guerre américaine au Vietnam.
  • « Ah, Dieu ! Que la guerre économique est jolie ! » est le titre d'un essai de Bernard Maris et Philippe Labarde qui règle leurs comptes aux idéologues néolibéraux. Ouvrage dédié « Au chômeur de confort », expression ignoble inventée par l'ineffable Michel Bon, nommé à la tête l'ANPE [2] en 1993 par l'ineffable Balladur, premier ministre. Cette citation fait partie de l'arsenal de l'ineffable Alain Minc. C'est dire si elle est libérale !

[2] L'ANPE — Agence nationale pour l'emploi — fut créée sous le gouvernement Pompidou, par Jacques Chirac, en 1967. Elle était rattachée au Ministère des Finances. En 2008, l'ANPE est fusionnée avec les ASSEDIC pour la création de Pôle Emploi. Pour mémoire, il y eut en 1967 une moyenne de 200 000 chômeurs (d'après la revue Population, N° 3, mai-juin 1969, publiée par l'INED, Institut National d'Études Démographiques). Aujourd'hui, le nombre de chômeurs à temps plein est de 3 500 000, celui des chômeurs à temps partiel (emplois précaires) de près de 3 000 000. Il y a aujourd'hui 17 fois plus de chômeurs à temps plein qu'en 1967. Chômeurs de confort ? Oui, cette expression est ignoble.

Ah Dieu ! que les valeurs du mutualisme étaient attrayantes, avant la dérégulation !

La mutuelle du personnel IBM fête cette année son soixante-dixième anniversaire. Depuis 1999, pour se conformer au changement décidé par la maison mère US, la direction d'IBM France n'a jamais cessé d'exprimer de très fortes critiques sur la mutuelle et n'a plus jamais caché

1 - 1999 : IBM US abandonne la politique paternaliste de papa Watson

En 1999, IBM Corp. (la société américaine IBM) effectue un virage à 180° : elle abandonne les principes paternalistes de papa Watson maintenus par son fils Watson Junior. Leur philosophie ? Elle est exprimée dans un livre publié par Watson Junior, Une entreprise et sa doctrine : « Nous avons défini une politique sociale non par but philanthropique mais parce que nous en tirions un plus grand profit ». Les soi-disant [1] cotisations patronales aux caisses de retraites et à la prévoyance santé sont remises en cause de fond en comble. Sont touchés aussi bien les actifs que les retraités. Pour les retraités la pilule est amère : la couverture santé qui était garantie sans limite de temps ni limite de montant annuel était réduit à trois ans et à un montant de quelques milliers de dollars dans un pays qui, avant les lois Obama, se réduisait à la « Social Security » soit, à l'équivalent du CSA et de la CMU.

La réaction des salariés d'IBM Corps. fut immédiate sur l'ensemble ddes sites IBM aux États-Unis : une multiplication de blogs, de forums, de groups avec un nombre impressionnant de “followers” et des contributions très violentes venant aussi bien des actifs (remise en cause du niveau de leur retraite et de le couverture santé, que des retraités qui s'estimaient grugés par les décisions unilatérales des cadres dirigeants d'IBM. Mais en même temps, alors que nous ne connaissions qu'un collègue américain syndiqué, spontanémanent, des sections syndicales apparaissaient comme des champignons sur tout le territoire. En quelques semaines, plusieurs miliers de salariés IBM adhérèrent à Alliance@IBM[2], coordination de toutes les sections syndicales adhérant à la CWA une fédération de l'AFL-CIO (Communications Workkers of America).

Mais, quand le comité directeur d'IBM Corp. prend des décisions, elles s'appliquent à toutes les sociétés IBM du monde entier. La décision de diminuer les “benefits”[3] allait donc avoir des conséquences sur

[1] Les cotisations soi-disant patronales sont en réalité des cotisations salariales collectées par l'entreprise. L'employeur n'est pas le payeur mais le collecteur. Comparer avec l'impôt sur le revenu collecté à la source …

[2]L'ancien site web d'Alliance@IBM était tenu par notre camarade Lee Conrad, d'Endicott

[3] Benefits : avantages sociaux des entreprises de type retraites par capitalisation, couverture santé par capitalisation, épargne salariale par capitalisation.

2 - IBM France lance le « benchmark Hewitt 2002 » résolument anti-mutualiste

Ce document n'était d'ailleurs pas celui que le cabinet Hewitt avait remis à la mutuelle du personnel IBM : c'était une interprétation — très malveillante — faite par un membre de la direction des finances d'IBM France, M. D. W…, lui-même responsables des assurances et du fond de pension de la société IBM France. Pratiquement aucun des principes du mutualisme cités ne recueillait d'avis favorable aux yeux de M. D W…. Au contraire, pratiquement tous les postulats les moins ragoutants de l'assurance — tels que l'antisélection ou l'aléas moral — étaient portés aux nues par M. D W…

Mais, depuis cette funeste présentation “benchmark Hewitt 2002”, de nouvelles initiatives ont été prises contre la mutuelle du personnel IBM :

3 - IBM France annonce que sa DRH passe sous
le contrôle de fait de la filiale AON-Hewitt du groupe AON

Au cours du CA de la mutuelle réuni en mai 2014, la personne désignée au CA par les membres « honoraires » annonce le changement de directive donnée aux filiales étrangères de la maison-mère US : désormais, pour tout changement de politique liée à la prévoyance, les sociétés étrangères devront passer par AON-Hewitt. Voici des citations de la description par Wikipedia d'Hewitt Associates :

  • Hewitt Associates était une société mondiale de conseil en management des ressources humaines. Elle a fusionné avec Aon Corporation en novembre 2010 pour former Aon Hewitt.
  • Les activités de Aon Hewitt en France couvrent trois grands domaines :
    • La définition, la conception et la mise en œuvre de politiques RH : rétention des talents, management de la performance, identification des leaders, rémunération globale, rémunération des dirigeants et gouvernance, communication.
    • L’optimisation des organisations et l’externalisation de processus RH afin de trouver le meilleur équilibre entre économie de coûts, qualité, délais et valeur ajoutée.
    • L’évaluation, la rationalisation et l’optimisation des dispositifs de retraite, d’épargne, de prévoyance et de frais de santé pour accompagner les entreprises aussi bien dans l’analyse et la mise en œuvre sociale, comptable et financière que dans la formation des partenaires sociaux et des bénéficiaires.
4 - IBM Services Center (ISC) signe avec la mutuelle du personnel IBM
le CCO des salariés actifs dont AON-Gestion assure l'administration

5 - IBM France dénonce son accord d'entreprise de 2002
désignant la mutuelle du personnel IBM comme organisme assureur

6 - IBM France entame avec les syndicats
les négociations sur le accord d'entreprise relatif au CCO
7 - IBM annonce la suspension de la participation de ses représentants membres honoraires dans les instances de la mutuelle
8 - IBM, sans respect de la négociation en cours sur la complémentaire santé des actifs, lance son appel d'offres
9 - IBM France annonce à la mutuelle du personnel IBM qu'elle a jusqu'au 20 juin pour déposer sa réponse au cahier des charges
Qu'est-ce que la CGT ?
Les libertés syndicales
À qui s'adresser ?
Mentions Légales
Plan du site
Statistiques visites
Faire disparaître …
Mutuelle 2016 : Panneau d'accès aux documents
Lire …