L'union des syndicats CGT métaux 34 a créé un comité départemental de soutien aux salariés de FE Industrie auquel elle demande à toutes et tous d'adhérer afin de leur manifester un soutien moral, syndical, social et de leur apporter l'aide financière que nécessite leur lutte. L'entreprise FE Industrie, filiale du groupe Oxymetal, pratique à l'encontre de ses ouvriers et techniciens d'atelier une politique insupportable de bas salaires et de conditions de travail déplorables. C'est donc à un acte de solidarité que l'union des syndicats CGT métaux 34 vous appelle.
Consultez le dossier ci-dessous !
26 mai : Communiqué de presse
Ce matin, 26 mai 2010, à Marseillan, les grévistes de F.E. Industrie (groupe Oxymetal), étaient toujours rasemblés avec leurs délégués syndicaux CGT et FO, au rond-point de l'avenue de l'Industrie, attendant la reprise de négociations sérieuses sur les salaires. Lire la suite …
27 mai 2010 : pendant la manif, appel à la solidarité.
Depuis 3 semaines, 70 % des ouvriers et techniciens d'atelier de F.E. Industries à Marseillan (groupe Oxymetal) sont en grève pour la négociation annuelle obligatoire sur les salaires. Leur employeur refuse toute négociation sur la revendication d’une augmentation générale de 5 %, car il a adopté l’idéologie du groupe Oxymetal qui ne veut entendre parler que d’augmentations individuelles, forcément à la tête du client, forcément injustes, par peur de contagion à l’ensemble du groupe. Lire la suite …
31 mai : Lettre de l'Union des syndicats CGT métaux 34 à monsieur le préfet de l'Hérault
Monsieur le préfet, comme vous le savez, le conflit du travail qui se déroule au sein de l'entreprise FE Industrie de Marseillan (groupe Oxymetal) est entré dans sa 4ème semaine de grève, suivie par la grande majorité des ouvriers et techniciens d'atelier qui demandent l'ouverture de négociations salariales dans le cadre de la négociation obligatoire. Lire la suite …
31 mai : à 7 heures 30, distribution aux grévistes d'une « lettre ouverte » du patron d'Oxymetal
Dans cette « lettre ouverte », M. Bernard Surgot, « Président du directoire de la société Oxymetal », veut faire croire qu'il parle à ses enfants de « [leur] entreprise », de « [leur] société », qui va si mal à cause de « la crise mondiale de 2008-2009, née des désordres de la finance américaine » et surtout pas des banques et entreprises françaises, motivées, disent-elles par une immense philanthropie à l'égard des salariés des entreprises dont elles gèrent le capital et les profits, distribués aux actionnaires ou non. Lire la « lettre ouverte » aux salariés …
31 mai à 14 heures : réponse des délégués syndicaux à la « lettre ouverte » du patron d'Oxymetal, contresignée par tous les grévistes
Les grévistes de FE Industrie, indignés que le patron du groupe Oxymetal les traite aussi mal dans sa « lettre ouverte », décident d'y répondre collectivement. Les délégués syndicaux CGT et FO signent donc le texte de cette lettre, contresignée par tous les grévistes, dans laquelle ils rappellent leur demande de négociation d'une augmentation générale de rattrapage de la perte de pouvoir d'achat pour les années 2008-2010. Lire la réponse des salariés à la « lettre ouverte » de leur patron …
31 mai : communiqué de presse à propos de la « lettre ouverte » du président d'Oxymetal
Le 31 mai, vers 7 heures 30, la direction de FE Industrie remettait aux grévistes rassemblés une « lettre ouverte » de M. Bernard Surgot, président du directoire de la société Oxymetal, maison mère de FE Industrie. En phrses sèvhes, il se lâchait et dénoncçait les grévistes, ces grands enfants nés à « l'époque de l'immédiateté et de la gratuité de tout, où les droits l'emportent sur les devoirs », alors que la vraie vie, « c'est la philosophie de l'effort que nous devons inculquer à nos enfants ».
Les salariés apparaissent plus sensés que ce maître « à penser » :
Lire la suite …
2 juin : communiqué de presse reprise du travail, le conflit demeure
Hier matin, 1er juin, l'assemblée des grévistes a voté la reprise du travail après avoir mené une grève de 18 jours (plus de 3 semaines de travail), et sans avoir obtenu l'ouverture de négociations sérieuses sur l'augmentation générale des salaires pour le rattrapage des pertes de pouvoir d'achat subies depuis 2008. C'est dire si le conflit entre salairés et direction demeure, malgré la dernière provocation du président du directoire d'Oxymetal … Lire la suite …
Retour